Tchangodei est né au Bénin (ex Dahomey).
Son nom signifie la foudre, le tonnerre.
Il est un des pianistes les plus surprenants qu'il m'ai été donné d'entendre. …

A ce jour il a gravé plus de vingt disques en solo
ou avec des partenaires qui ont pour nom :
Steve Lacy, Archie Shepp, Georges Lewis,
Mal Waldron, Sunny Murray, Sonny Simmons, Louis Sclavis …

Les quelques disques que je connais de lui sont arrivés par la poste
avec en couverture des taches de couleurs : ses propres toiles.
A l'intérieur il y a une musique mystérieuse
qui paraît justement échappée de ces toiles là :
carrée, précise, rythmée - et en même temps brisée, en attente.

C'est peut-être du jazz, alors on pense bien sur à Monk, à cause de cette insistance formidable à miser sur l'absence et la puissance, le rythme et le silence.

photo : P. Jalin 2002


C'est aussi une sorte de littérature au delà du bien et du mal ; en forme de voyage au bout de la nuit avec des alternances entre accès de rage et spleen à crédit. Autant dire que Céline ne peut être loin.

Il n'a jamais appris à jouer de la musique, mais adolescent, chaque nuit, il escaladait en douce le mur de la maison des jeunes du quartier, parce que les touches noires et blanches d'un vieux piano droit l'intriguaient.
Pendant des heures, il tapait là-dessus pour que sortent les sons qui tournaient dans sa tête. Il n'idolâtrait personne, et ne courait après aucune mélodie définitive.

" Quand j'avais une vingtaine d'années il m'a été donné de rencontrer personnellement l'écrivain indien, penseur et philosophe Krishnamurti. J'ai vu immédiatement que cet homme était habité par la force et l'énergie.
Cela imprégnait tout son être. Il se dégageait de lui une unité absolue.
J'ai tout de suite compris que la création ne se situe qu'à l'intérieur de soi même.
En fait il y a trois instruments ; il y a toi, il y a le piano et il y a l'énergie.
T u dois bien jouer du premier instruments, beaucoup ne s'intéressent qu'au deuxième.
C'est le piège : ils ne deviennent alors que des techniciens "

Ce qui ne veut pas dire que la spontanéité soit la mère des arts, mais que le travail intérieur doit primer.

D'où une musique en transe, qui s'ébroue dans la lumière puis brusquement se décompose -" Détruire… " dit-il.
" Parce qu'il est nécessaire d'être dans un état de parfaite vacuité pour capter cette extraordinaire énergie qui ne se laisse jamais capturer par le filet de la pensée et du savoir."

On aurait pu parler peinture.
C'est aussi une histoire d'espace et de couleur après tout…
Mais il a préféré se fondre dans la foule après avoir cité une phrase du saxophoniste Steve Lacy
" Aujourd'hui on essaye de tout apprivoiser pour éviter le mystère parce que cela fait peur".

Yann Plougastel

Portrait de Tchangodei par Charles Juliet
Tous les textes de Charles Juliet